Obtenir un bon son avec sa guitare et son ampli

 

Bonjour à tous !

En ce moment, des nouvelles guitares et de nouveaux amplis fleurissent (ou vont fleurir) sous les sapins, et chacun se retrouve avec son premier matos … ou de nouveaux jouets, et je n’échappe pas à la règle … Un article inspiré par un peu tous les guitaristes débutants que je rencontre, et ou je vais tenter de vous donner quelques idées de base pour sortir le meilleur son possible de votre guitare et de votre ampli !

La guitare

Très fréquemment, on se retrouve avec plusieurs réglages : plusieurs potentiomètres (ou « potards » dans le … jargon familier des guitaristes).

Un volume, qui agit sur le niveau de sortie de la guitare

Un tone, qui permet de réduire ou non les aigus en sortie de la guitare.

Un sélecteur qui nous permet de choisir sur quel micro nous souhaitons jouer.

Je vous laisse le plaisir de découvrir ou se trouvent ces parties essentielles de votre guitare, et je vous laisse me rejoindre pour un peu mieux comprendre :

Le sélecteur permet de jouer (globalement) sur le micro manche, ou sur le micro chevalet et la plupart des guitares offrent au minimum une 3eme possibilité, mais cela va jusqu’à 7 avec certains switchs !

C’est pour cela que nous allons rester sur nos deux sons de base : manche et chevalet, situés très souvent (99% du temps) l’un à l’opposé de l’autre parmi les différentes positions du sélecteur.

L’ampli

Très souvent nous avons … une foule de réglages.  Ceux qui sont, dirons-nous, vitaux sont :

Le master volume : volume général de l’ampli, un potard qui nous permet de choisir le niveau de son provenant de l’ampli. Il s’appelle souvent « volume », « master » …

Une EQ : souvent low, mid et treble (basses/médiums/aigus) parfois sur certains petits amplis on se retrouve avec un bouton « low/high » …

Le switch canal clair/canal saturé : fréquemment, les ampli ont deux « canaux ». Un canal clair, qui permet d’avoir un son ressemblant vaguement à celui d’une guitare folk, et un canal saturé qui permet d’obtenir … de la distortion, souvent abrégée en disto ou même graouh \o/ . C’est « le son du rock » , typique de la guitare électrique … il s’appelle souvent clean/OD, overdrive ou quelque chose dans ce style.

Le réglage de gain :  presque tout le temps, il existe un réglage de gain sur l’ampli qui nous permet justement de choisir la quantité de disto désirée. Ce réglage agit sur le volume entrant dans l’ampli, plus il y a de volume/niveau d’entrée et plus l’ampli sature.

Je vous laisse localiser ces réglages sur votre ampli … Comme toujours, référez-vous au manuel qui pourra sûrement vous aider un peu plus.

Obtenir un bon son

Vous avez tout localisé ? On peut y aller !

Première chose : il faut TOUJOURS brancher le jack sur la guitare et ensuite brancher l’autre extrémité du jack (câble) sur l’ampli. De cette manière on évite les « ploc » et autres « bzzz » lors du branchement. Et de se faire enguirlander si ce n’est pas votre ampli. Et ça permet d’avoir directement l’air plus pro ! 

Niveau ampli :

On va commencer tout simplement par mettre tous les boutons sur l’ampli à la moitié (sauf le master volume, que l’on règle en fonction de ses voisins …. ) et tous les boutons sur la guitare à fond, pour que l’ampli aie 100% du signal provenant des micros de la guitare.

A partir de là, je pense que vous avez un son qui sort de l’ampli. Pour l’instant, on va considérer que le son est satisfaisant au niveau EQ et nous allons simplement ajuster le gain pour avoir un son moyennement saturé, et pouvoir switcher ainsi entre un son moyennement saturé et un son clair avec le switch ad hoc.

Et voilà, pour la partie ampli. Il y a bien sûr moyen d’y passer des heures, mais pour un son acceptable, cette méthode fonctionne parfaitement bien.

Pour la guitare :

Nous allons sélectionner le micro chevalet et tenter une petite expérience. Si je suis sur un son saturé, et que je baisse le volume sur ma guitare …

… j’obtiens toujours du son mais il est juste moins saturé, et c’est quelque chose qui va vous être très utile au cours des prochaines années.

Si je change un peu la position de mon sélecteur, j’entends (si tout se passe bien) toute une série de sons légèrement différents les uns des autres. Tout va bien.

Passons au canal clair, et faisons le même exercice …

On va voir que le volume de la guitare, sur un canal clair, varie avec le potentiomètre de volume … il ne nous reste qu’à essayer le tone, et vous allez vite voir à quoi il sert : à rendre le son des cordes moins « acide » ou « claquant » en son clair, et c’est donc super intéressant ! (il vaut mieux le laisser à fond pour jouer en disto, autrement, on perd en définition entre les notes).

Réglages typiques

Pour un son typé jazz, funk … : micro manche, canal clair, EQ à volonté (si dispo). Penser à jouer avec le potard de « tone » qui permet d’adoucir les aigus parfois trop claquants de votre guitare !

Pour un son blues/rock : micro manche ou chevalet, canal saturé (gain au 1/3 ou 1/4) EQ avec basses à la moitié, medium a 6 ou 7, aigus a 4 ou 5 . On va pouvoir jouer sur le potentiomètre de volume pour jouer soit plus saturé, soit plus clair en fonction de ce que l’on souhaite.

Pour un son rock ou metal : micro chevalet, volume de la guitare à fond, tone à fond, gain de l’ampli à la moitié, médiums à 6 ou 7 , basses à 4 ou 5, aigus à 4 ou 5 . Quelques règles : il faut penser à mettre des médiums pour avoir un gros son metal et ne surtout pas les couper, et trop de gain tue le gain. Plus il y a de disto et plus c’est « la pagaille » , surtout quand on débute. Pour gagner en « propreté » sur certains passages, vous pouvez baisser le volume sur la guitare, ce qui vous permet d’enlever de la disto et de gagner en propreté dans votre son (ou en délié entre vos notes).

Conclusions

Tous ces conseils, évidemment, sont des généralités, addressées à des débutants, mais cela vous aidera à mieux comprendre l’interaction entre tous ces réglages et de tirer le meilleur de votre matos !

Quelques petits conseils pour la route : N’hésitez donc pas à consulter le manuel de votre ampli. Pensez à toujours bien débrancher votre jack quand vous ne jouez pas, et dans cet ordre : je débranche sur l’ampli, et ensuite, je débranche sur la guitare. Pensez à bien saisir le connecteur du jack, ne tirez jamais sur le fil lui-même au risque d’affaiblir les soudures des connecteurs et de se retrouver, quelques temps plus tard, avec un jack qu’il vous faudra remplacer (ce n’est pas cher, mais quand même).

Voilà, amusez-vous bien ! 

Publicités